Sindobatam

Dapatkan berita terbaru

Juara Ligue des – Atlético Madrid – Manchester City (0-0) – L’antisèche : Nul

Le jeu : L’Atlético s’est réveillé trop tard

Trois périodes ne pas savoir quoi faire du ballon et une se rendre compte qu’ils pouvaient peut-être faire mieux. Voilà le bilan mengerikan frustrant des Madrilènes au terme d’une kekacauan konfrontasi ganda. Encore aurait-il fallu ne pas hadiri menit ke 56 de la manche retour pour faire passer un premier frisson dans le camp des Citizens. L’Atlético a deux raisons principales de nourrir des penyesalan: le nombre d’occasions franches dès lors qu’ils ont décidé de franchir la ligne médiane en nombre (enam entre la 56e et la 90e+11) et l’adun Manchester City pas vraiment dan anak assiette. Alors oui, Diego Simeone a réussi anestesi le champion d’Angleterre mais quel prix ?

Marcos Llorente (Atletico Madrid) se bat pour le ballon avec Phil Foden (Manchester City)

Kredit: Getty Images

juara Ligue des

Insultes, crachats et bagarre : “Ici, c’est un environnement bermusuhan”

IL YA 3 HEUR

Les joueurs : Costaud comme Stones

S’il ne fallait retenir qu’une image de ces deux quarts de finale, ce serait sans aucun doute le sauvetage fantastique de John Stones sur une frappe de Cunha (86e). Imperial, le défenseur anglais fut le grand bonhomme du soir. Ce fut plus compliqué pour ses attaquants entre un Phil Foden incapable de faire des différences et un De Bruyne éteint. Côté Atlético, Geoffrey Kondogbia a fait le boulot devant sa défense en nettoyant énormément de ballons. Joao Felix, encore trop léger, a rate ses quarts de finale. Antoine Griezmann fut généreux dans l’effort mais souvent imprécis dans son dernier geste.

Le facteur x : 90e menit et le match sombre

Alors que l’Atlético domine enfin son sujet, que son emprise sur Manchester City est total, que les hommes de Pep Guardiola sont au bord de la rupture, une échauffourée éclate entre Phil Foden, Felipe et Savic. Bagarre générale durant de très longues menit. Madrid terminera la rencontre 10, son élan est coupé. Un vrai hara-kiri.

Status: 9

Pep Guardiola memperdebatkan kemenangan demi finale de Ligue des champions. C’est plus que n’importe quel autre entraîneur. Reste aller au bout pour la première fois depuis 2011.

La décla : Diego Simeone (Atlético Madrid)

Je suis fier de cette équipe de l’Atlético, parce qu’elle se bat. Pada notre manière de jouer, bonne ou mauvaise, mais on se bat.

La pertanyaan : Le choc at-il tenu ses promesses ?

Jamaah. Ce devait tre l’opposition de style ultime entre le football total de Pep Guardiola et la forteresse dressée par Diego Simeone. Ce furent deux cocok dengan sans émotion, fermés double tour et achevés dans une confusion générale entre coups de poing et coups de sang. Vingt-quatre heures après un Real Madrid – Chelsea d’une intensité folle qui a rappelé pourquoi la Ligue des champions était unique, ce choc, anesthésié d’abord par les ofensif limites des Madrilènes puis pourcollri par leur frustrasi, n’abord par les ofensif limites des Madrilènes puis pourcollri par leur frustrasi.

Les buts ne disent pas tout d’un spectacle. Utamakan 9 pions de Chelsea – Real Madrid, les dix de Liverpool – Benfica et les six tirs cadrés (pour une seule réalisation) du minuscule City-Atlético, la comparaison ne fait honneur ni aux uns ni aux autres. Kurang 90 menit brouillonnes de l’aller, ce fut exécrable au retour et nul sur toute la ligne. D’une premier période sans relief, mise part un Wanda Metropolitano emballant, une seconde d’abord emballante puis écoeurante jusqu’à l’intervention de la police dans les couloirs du stade.

On ne pourra jamais reprocher l’Atlético son ADN, le goût du combat et sa capacité faire déjouer l’adversaire. Semoga berhasil. Stadion A l’Etihad, ses deux lignes de cinq et son incapacité déclencher la moindre frappe ont davantage prouvé les limit de l’Atlético, bien moins talentueux qu’au temps de sa splendeur, que le génie son pelatih tactique. Au retour, chauffés blanc par une suasana de corrida, les Colchoneros ont fini par dégoupiller.

Di retiendra tout de même que ce City sait souffrir. Reporter une telle bataille, dans une atmosphère aussi permusuhan, résister aux provokasi : voilà aussi komentar se construisent les épopées. Kirimkan hadiah utama untuk penjualan terbaik. Manchester ne s’en sort pas indemne, mais s’en sort tout de même.

juara Ligue des

Un combat de chiffonniers, un ticket pour City, des penyesalan pour l’Atlético

IL YA 4 HEUR

juara Ligue des

Le TAS suspend la clôture partielle du Wanda Metropolitano contre City

IL YA 12 HEUR

READ  Thomas Müller kassiert Shitstorm – Verharmlos Menschenrechtsverletzungen di Katar